Les patients souffrant de BPCO sont les grands oubliés de la crise. Alors que leur pathologie entraîne un encombrement des bronches et des difficultés respiratoires, ils ne sont en rien prioritaires face à la crise.